?

Log in

1600 mètres
review movies community
BABEL, Alejandro Gonzalez Inarritu, 15/11/2006 
16th-Dec-2006 09:21 pm
DW // 10 2.09 FML Says Rose
BABEL
Réalisateur : Alejandro Gonzalez Inarritu
Scénariste : Guillermo Arriaga
Acteurs Principaux : Gael Garcia Bernal, Cate Blanchett, Brad Pitt, Rinko Kinkuchi
Date de sortie : 15 Novembre 2006
Pays d'origine : USA
Résumé : Au Maroc, Yussef et Ahmed s'entraînent à tirer sur des coyotes avec leur nouveau fusil. Richard et Susan sont un couple en crise qui tentent de se retrouver après un drame familial. Aux USA, Amelia s'occupe des enfants de Richard et Susan et s'inquiète de ne pouvoir retourner au Mexique pour assister au mariage de son fils. Au Japon, Chieko est une adolescente sourde et muette, mal dans sa peau et provocatrice qui n'arrive pas à se reconstruire après le suicide de sa mère. Toutes ces histoires sont liées, par une souffrance et une solitude que tous partagent, malgré leurs cultures, pays, langues différents.

Avis : Magnifique. Une réussite. Le réalisateur Alejandro Gonzalez Inarritu boucle avec Babel une trilogie absolument fascinante et poignante commencée par Amores Perros, puis 21 Grams. La démarche du réalisateur et de son génial scénariste Guillermo Arriaga (scénariste également de Trois Enterrements, le film de Tommy Lee Jones, autrement dit une pointure) est de raconter des drames toujours très humains, aux thèmes communs tels que la solitude, l'injustice sociale, la reconstruction après un drame, la mort. Les trois films sur lesquels les deux hommes ont travaillé, en plus d'offrir un constat social doux-amer et des drames bouleversants, se construisent de la même façon, en croisant des histoires, des destinées de personnages qui à la base n'étaient jamais censées se rencontrées.

A la manière de Short Cuts de Robert Altman ou d'un Magnolia de Paul Thomas Anderson, des segments d'histoire se déroulent sous nos yeux, exaltant de douloureux parallèles jusqu'au moment où les parallèles se croisent, voire se percutent avec violence. C'est toujours parfaitement maîtrisé et au service d'une narration qui force l'individu à se cogner à d'autres individualités. Une façon de faire voler en éclats l'histoire de plusieurs façons, l'histoire en elle-même, puis l'histoire au contact des autres.

En toute honnêteté, cette construction particulière des films d'Inarritu et la finesse des destins tragiques qu'elle nous relate est moins bien maîtrisée que dans ses deux opus précedents, et se fend de plus une conclusion un peu simple à trois films magnifiques via le symbole de la tour de Babel, celle qui réunit les hommes. Mais peu importe, parce que ça fonctionne toujours. On a envie de hurler d'injustice devant les flics condescendants qui entravent Amelia et son neveu entre les frontières mexicaine et américaine, on est dégoûté par l'égoïsme des touristes qui abandonnent Richard et sa femme, on est déchiré par la fin tragique de Yussef et Ahmed les bon/mauvais fils et on est touché par Chieko, paumée et se débattant comme prise dans une étoile d'araignée entre son chagrin, son handicap et son besoin d'amour.

Un film à voir, vraiment. Je n'ai pas la sensation que ma review soit très claire ni qu'elle donne envie alors croyez-moi sur parole, c'est à voir, c'est magnifique, c'est le genre de film qui fait rester sur son siège jusqu'à la dernière seconde du générique parce que sa richesse nous déborde complètement. Et les acteurs sont magnifiques pourne rien gâcher.

Note : 4/5
Comments 
(Deleted comment)
16th-Dec-2006 09:54 pm (UTC)
Nan mais avec Gulliermo Arriaga, c'est impossible d'avoir un scénario défaillant. C'est comme si tu disais ça de Charlie Kaufman. Quant à l'affiche ... Moi je suis sous le charme de Rinko Kinkuchi. Quelle révélation. Elle m'a fascinée tout le film, qui est à voir ne serait-ce que pour elle. D'ailleurs elle est nominée aux Golden Globes pour ce rôle. Le film a plusieurs nominations et sera sûrement aussi nominé aux Oscars. J'aurais dû le préciser dans ma review. Aussi qu'il a été sélectionné en compétition officielle à Cannes et qu'Alejandro a eu le prix de la meilleure mise en scène. Yadda yadda.

Va le voir en tout cas ! ^^

Et de rien pour la communauté, c'est une chouette idée !
18th-Dec-2006 07:39 pm (UTC)
J'en reviens.
Soirée déprime now.
Bon, je vais ranger mes insultes à l'égard des boolays touristes américains et autres flics des frontières qui peuplent ce film et essayer de sortir quelque chose d'un peu plus constructif :D
Déjà je te rassure, ta review est très claire (en tout cas quand on a vu le film), et très bien faite, merci pour 1600m ! ^^
Après, que dire de plus que toi ? Peut-être qu'il faudrait signaler à Gael qu'avoir une belle gueule ne lui donne pas l'autorisation de faire toutes les conneries qu'il veut.
A ceux qui iront le voir, penser aux kleenex ! (je pense notament à toi Galouz :D
Je tiens aussi à préciser que je suis un peu réconciliée avec Brad Pitt. Oui parce que j'aime pas Brad Pitt. Mais maintenant, j'l'aime un peu.
Voilà, film magnifique, ça fait bobo un peu partout, tu sors pas pareil que quand t'es rentrée, etc etc ...
Btw, j'ai pas vu les deux autres d'avant ils sont bien ?
This page was loaded Jul 24th 2017, 10:27 am GMT.